Amandine Ammirati : une belle voix rémoise

La musique a depuis toujours fait partie de son univers. C’est donc tout naturellement que la Rémoise Amandine Ammirati s’est orientée vers l’art lyrique et une carrière de cantatrice.

L’art lyrique est sa passion. Rien d’étonnant à cela. Amandine Ammirati a grandi dans les coulisses du Grand Théâtre/Opéra de Reims où ses parents travaillaient. « On peut dire que je suis née dans l’opéra. J’ai toujours côtoyé les artistes. Alors, forcément, ça donne envie  ».

La première fois qu’Amandine est montée sur scène, elle avait trois ans, parmi les enfants de Casse-Noisette. Après huit ans à la Maîtrise de Reims et un bac option musique, elle a suivi pendant deux ans les cours d’une école de comédie musicale à Paris. « Cela m’a permis de faire du chant, de la danse, du théâtre et surtout cela m’a appris à m’endurcir  ».

Retour ensuite dans la Ville des Sacres pour intégrer la classe de chant lyrique au Conservatoire Régional de Musique et de Danse, un cursus de plusieurs années. Avec en point de mire, le passage de son Prix du chant en juin 2016.

« J’ai choisi de travailler le lyrique pour élargir mes compétences vocales et pouvoir toucher à plusieurs répertoires  ». Un choix exigeant. « On met toujours plus de temps à atteindre son objectif vocal dans le domaine du lyrique. Il faut aussi bien connaître son corps  ».

Un moment inoubliable marquera ses années de formation : la master class de 15 jours qu’elle a effectuée en juillet 2015 au Mozarteum de Salzbourg, dans le cadre du jumelage Reims/Salzbourg. « Une très belle et enrichissante expérience, dans le cours de la soprano autrichienne, Ildiko Raimondi qui nous a donné de précieux conseils ».

Tout au long de l’année, Amandine donne des concerts. « Je ne passe pas d’audition. Je ne cherche pas de travail à proprement parlé car je suis encore en étude. Mais j’avoue que je reçois régulièrement des demandes  ». Elle a notamment chanté pour le concert du Nouvel An à l’Opéra de Reims, en tant que soliste, sur des airs de comédies musicales et face à 800 personnes. « Un vrai challenge pour moi. C’était la première fois que j’étais seule sur scène, entourée de 50 musiciens, dans ce théâtre qui m’a vu naître  ».

Un autre défi attend Amandine dans les semaines à venir : les concours pour intégrer des Conservatoires Supérieurs de Musique, notamment ceux de Paris et de Lyon, ainsi que le Pôle Supérieur de Strasbourg. « Poursuivre ma formation dans un de ces Conservatoires est synonyme de cursus très professionnel, complet, de niveau Master. De plus, cela permet de se créer un réseau. De nombreux professionnels y viennent pour repérer de nouveaux talents  ».

Croisons les doigts pour que notre Rémoise voie son souhait s’exaucer … et que sa belle histoire musicale se poursuive.