Découvrez le parcours de Claire

Native de Rouen et ayant passé son enfance à Reims, Claire ANDRE a commencé sa carrière à Disneyland Resort Paris.

Quelques années plus tard, ne voyant plus l’opportunité de s’épanouir professionnellement malgré la maîtrise de trois langues vivantes, l’envie d’entreprendre germe peu à peu dans son esprit.

La naissance de son fils et la difficulté à se recycler professionnellement l’ont amenée à franchir le pas. Claire et son mari ont pris ensemble la décision de se lancer dans une nouvelle aventure. Direction : les environs de Reims, au cœur du vignoble de la Montagne de Reims, pour s’installer en tant que traiteur.

Claire reconnaît qu’il n’est pas si facile de créer sa propre entreprise. « On nous regarde avec de gros yeux quand on est une femme et que l’on prend des initiatives » précise-t-elle. Et de rajouter que «  les papiers arrivent toujours au nom de mon mari, même si je suis majoritaire dans la société ».

L’entretien avec les banques est aussi un moment difficile à passer. Etablir un prévisionnel n’est pas chose aisée. D’où l’importance d’être épaulée et aidée par des organismes spécialisés.

LES DELICES D’ANDRE, activité de traiteur, propose depuis la mi-mars 2011 l’élaboration de mets à partir de produits frais et bio et développe également une nouvelle gamme de produits tels que les écrins à thème coloré et l’utilisation de support recyclable.

Etre son propre patron permet, selon Claire, de prendre de l’assurance, d’avoir une autre vision du monde du travail, de pouvoir décider de tout et de suivre sa propre intuition. « Mais il faut aussi tout savoir sur tout ».

« Comme je fais construire une SCI, le fait d’être une femme ne m’a pas aidée lors des réunions de chantier où seuls les hommes s’écoutent » souligne Claire, qui a dû à plusieurs reprises faire valider ses idées par son mari ou son père.

Sa plus grande satisfaction : « me donner à fond pour réussir mon projet et ne pas passer à côté de quelque chose ».

Le message que Claire veut faire passer : « Il faut suivre ses idées. Mais ne pas négliger l’information et la formation. Ne pas hésiter à prendre des contacts et à participer à des séminaires. L’information nourrit la création. La vie est trop courte. Il vaut mieux avoir des regrets que des remords ».

Pour en savoir plus : www.les-delices-andre.fr

Mars 2011